Digitale Ausgabe

Download
TEI-XML (Ansicht)
Text (Ansicht)
Text normalisiert (Ansicht)
Ansicht
Textgröße
Originalzeilenfall ein/aus
Zeichen original/normiert
Zitierempfehlung

Alexander von Humboldt: „Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)“, in: ders., Sämtliche Schriften digital, herausgegeben von Oliver Lubrich und Thomas Nehrlich, Universität Bern 2021. URL: <https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-01> [abgerufen am 05.02.2023].

URL und Versionierung
Permalink:
https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-01
Die Versionsgeschichte zu diesem Text finden Sie auf github.
Titel Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)
Jahr 1825
Ort Paris
Nachweis
in: Revue protestante 1 (1825), S. 81–85.
Entsprechungen in Buchwerken
Separatum, Paris: Dondey-Dupré 1825. 8 Seiten.
Sprache Französisch
Schriftart Antiqua
Identifikation
Textnummer Druckausgabe: IV.51
Dateiname: 1825-Evaluation_numerique_de-01
Statistiken
Seitenanzahl: 5
Zeichenanzahl: 7697

Weitere Fassungen
Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel) (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Population of America (Reading, 1825, Englisch)
Population of America (Belfast, 1825, Englisch)
Population of America (Cork, 1825, Englisch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Prag, 1825, Deutsch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Oslo, 1825, Norwegisch)
American Population (Northampton, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Augsburg, 1825, Deutsch)
Oversigt af Americas Befolkning (Aalborg, 1825, Dänisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Thisted, 1825, Dänisch)
Lettera del celebre A. di Humboldt al sig. Coquerel su la popolazione, la religione e i linguaggi delle Americane regioni (Mailand, 1825, Italienisch)
America (London, 1825, Englisch)
American statistics (Cork, 1825, Englisch)
Amerika (Darmstadt, 1825, Deutsch)
America (London, 1825, Englisch)
Beiträge zur Statistik von Amerika (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Ueber die Bevölkerung von Amerika mit besonderer Rücksicht auf Religion und Sprache (Stuttgart; Tübingen, 1825, Deutsch)
American statistics (Sydney, 1826, Englisch)
Population de l’Amérique (Paris, 1826, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1828, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1829, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1834, Französisch)
|81|

Évaluation numérique de la population du Nouveau Conti-nent, considérée sous les rapports de la différence descultes, des races et des idiomes, par Alexandre deHumboldt. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel.)

Vous désirez connaître, Monsieur, le rapport entre lenombre des habitans de l’Amérique, qui appartiennent auxdifférentes communautés chrétiennes. Je crois posséder desmatériaux assez précis sur les rapports des catholiquesromains et des protestans; mais je n’entrerai pas aujour-d’hui dans le détail des divisions de l’église protestante ouévangélique. Voici les résultats auxquels je crois pouvoirm’arrêter provisoirement, d’après les recherches laborieusesque j’ai faites dans ces dernières années, sur la populationdu Nouveau Continent. Quelques évaluations partielles, parexemple le nombre des catholiques dans la Louisiane, dansle Maryland, et dans le Bas-Canada anglais, sont peut-êtreun peu incertaines; mais ces incertitudes affectent desquantités qui ont une faible influence sur le résultat défi-nitif. Je pense que le nombre des protestans, dans toutel’Amérique continentale et insulaire, depuis l’extrémitéméridionale du Chili jusqu’au Groenland, est à celui des ca-tholiques romains comme 1 est à 2. Il existe, sur la côte |82| occidentale de l’Amérique du nord, quelques milliers d’in-dividus qui suivent le culte grec. J’ignore le nombre desjuifs répandus sur la surface des Etats-Unis et dans plu-sieurs des îles Antilles. Leur nombre est peu considérable.Les Indiens indépendans qui n’appartiennent à aucunecommunauté chrétienne, sont à la population chrétiennecomme 1 est à 42. Les élémens numériques sur lesquels sefondent le tableau suivant, se trouvent exposés en détaildans le vol. III de mon Voyage aux Régions équinoxiales, livre IX, chap. xxvi, qui va paraître incessamment.
POPULATION TOTALE DE L’AMÉRIQUE, 34,284,000.
I. Catholiques romains 22,177,000.
a. Amérique espagnole continentale 15,985,000.
Blancs 2,937,000.
Indiens 7,530,000.
Races mixtes et nègres 5,518,000.
15,985,000.
b. Amérique portugaise 4,000,000.
Blancs 920,000.
Nègres 1,960,000.
Races mixtes et Indiens 1,120,000.
4,000,000.
c. États-Unis, Bas-Canada et Guyanefrançaise 536,000.
Haïti, Porto-Ricco, et Antilles françaises 1,656,000.
22,177,000.
II. Protestans 11,287,000,
a. États-Unis 9,990,000.
b. Canada anglais, Nouvelle-Écosse, Labrador 260,000.
c. Guyane anglaise et hollandaise 220,000.
d. Antilles anglaises 734,500.
e. Antilles hollandaises, danoises, etc. 82,500.
11,287,000.
III. Indiens indépendans, non chrétiens 820,000.
34,284,000.
|83| Dans l’état actuel des choses (1), la population protes-tante augmente beaucoup plus rapidement dans le Nouveau-Monde que la population catholique. Il est probable que,malgré l’état de prospérité à laquelle l’indépendance et desinstitutions libres vont élever l’Amérique espagnole, le Brésil et l’île d’Haïti, le rapport de 1 à 2 se trouvera,en moins d’un demi-siècle, considérablement modifiéen faveur des communautés protestantes. Je crois qu’en Europe, on peut compter (sur une population totale de198 millions) à peu près 103 millions de catholiques ro-mains, 52 millions de protestans, 38 millions qui suivent lerite grec, et 5 millions de mahométans. Le rapport nu-mérique des protestans aux membres des églises catho-liques romaines et grecques, est par conséquent, approxima-tivement, comme 1 est à 2 \( \frac{7}{10} \) . Le rapport des protestansaux catholiques romains seuls, est le même en Europe qu’en Amérique. Comme les différences de race et d’origine,l’individualité du langage et l’état de liberté domestiqueinfluent puissamment sur les dispositions des hommes pourtel ou tel culte, je vous communique en même tems,Monsieur, quelques résultats de mes recherches les plusrécentes sur ces divers objets. La population de l’Amérique offre actuellement:
Blancs 13,162,000 38 pour cent.
Indiens 8,610,000 25
Nègres 6,223,000 18
Races mixtes 6,289,000 19
34,284,000
La population noire de 6,223,000 (sans mélange avecles blancs et les Indiens), se compose de 1,144,000 noirslibres, et 5,079,000 noirs esclaves; de ces derniers, il y ena 1,152,000 dans l’Archipel des Antilles; 1,620,000 dans
(1) En admettant 34,284,000 pour la population entière de l’Amé-rique, on trouve, d’après mes calculs, au nord de l’isthme de Panama 19,650,000; dans l’Amérique insulaire, 2,473,000; au sud de l’isthmede Panama, 12,161,000. L’Amérique espagnole seule a 16,785,000 ha-bitans sur 371,380 lieues carrées de 20 au degré. Toute l’Amérique a1,186,930 de ces lieues; l’Europe en renferme 304,700. (Note de M. de Humboldt.)
|84| les Etats-Unis, et 1,800,000 au Brésil. Le tableau suivantfait connaître approximativement la prépondérance des lan-gues réparties en Amérique.
Langues Anglaise, parlée par 11,297,500 individus.
Espagnole 10,174,000
Indiennes 7,800,000
Portugaise 3,740,000
Française 1,058,000
Hollandaise, danoise,suédoise et russe 214,500
34,284,000
D’où résulte pour les
Langues de l’Europe latine 14,930,000 Total pour les langues européennes, 26,442,000
Langues du rameau germanique 11,512,000
Pour les langues indiennes 7,842,000
On n’a pas fait mention séparément de l’allemand, dugâle (Irlandais) ou du basque, parce que les individus quiconservent la connaissance de ces trois langues mères,savent en même tems l’anglais ou le castillan. Le nombred’individus qui parlent usuellement les langues indiennes,est dans ce moment au nombre d’individus qui se serventdes langues d’Europe comme 1 est à 3 2/5. Par l’accrois-sement plus rapide de la population aux Etats-Unis, leslangues du rameau germanique vont gagner insensiblement,dans le rapport numérique total, sur les langues de l’Eu-rope latine; mais ces dernières se répandront en mêmetems, par l’effet de la civilisation croissante des peuples desraces espagnole et portugaise, dans les villages indiens,dont à peine un vingtième de la population entend quelquesmots de castillan ou de portugais. Je crois qu’il existeencore plus de sept millions et demi d’indigènes, en Amé-rique, qui ont conservé l’usage de leurs propres langues etqui ignorent presque entièrement les idiomes européens.Telle est aussi l’opinion de monseigneur l’archevêque de Mexico et de plusieurs ecclésiatiques très-respectables, quiont long-tems habité le Haut-Pérou et que j’ai pu consulterà ce sujet. Le petit nombre d’Indiens (un million peut- |85| être), qui ont entièrement oublié les langues indigènes,habite les grandes villes et les villages très-populeuxqui entourent ces villes. Parmi les individus qui par-lent français dans le Nouveau Continent, on trouve plus de700,000 nègres de race africaine, circonstance qui, mal-gré les efforts très-louables du gouvernement haïtien pourl’instruction populaire, ne contribue pas à maintenir lapureté du langage. On peut admettre qu’en général, dansl’Amérique continentale et insulaire, il y a, sur 6,223,000noirs, plus d’un tiers (au moins 2,360,000), qui parlentanglais, plus d’un quart qui parlent portugais, et unhuitième qui parlent français. Ces tableaux de la population américaine, considéréesous les rapports de la différence des cultes, des langueset des idiomes, se composent d’élémens très-variables; ilsreprésentent approximativement l’état de la société amé-ricaine vers la fin de l’année qui vient de s’écouler. Il nes’agit ici que des grandes masses; les évaluations partiellespourront gagner peu à peu une précision plus rigoureuse;il en est ainsi de tous les élémens numériques des sciences. Agréez, Monsieur, l’expression de ma considération laplus affectueuse.

Alexandre de Humboldt.