Digitale Ausgabe

Download
TEI-XML (Ansicht)
Text (Ansicht)
Text normalisiert (Ansicht)
Ansicht
Textgröße
Zeichen original/normiert
Zitierempfehlung

Alexander von Humboldt: „Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam“, in: ders., Sämtliche Schriften digital, herausgegeben von Oliver Lubrich und Thomas Nehrlich, Universität Bern 2021. URL: <https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-27-neu> [abgerufen am 16.06.2024].

URL und Versionierung
Permalink:
https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-27-neu
Die Versionsgeschichte zu diesem Text finden Sie auf github.
Titel Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam
Jahr 1827
Ort Brüssel
Nachweis
in: Œuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand, 28 Bände, Brüssel: L’Advocat 1826–1831, Band 7 (1827), S. 335–339.
Sprache Französisch
Typografischer Befund Antiqua; Auszeichnung: Kursivierung, Kapitälchen; Tabellensatz.
Identifikation
Textnummer Druckausgabe: IV.51
Dateiname: 1825-Evaluation_numerique_de-27-neu
Statistiken
Seitenanzahl: 5
Zeichenanzahl: 7840

Weitere Fassungen
Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel) (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Population of America (Reading, 1825, Englisch)
Population of America (Belfast, 1825, Englisch)
Population of America (Cork, 1825, Englisch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Prag, 1825, Deutsch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Oslo, 1825, Norwegisch)
American Population (Northampton, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Augsburg, 1825, Deutsch)
Oversigt af Americas Befolkning (Aalborg, 1825, Dänisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Thisted, 1825, Dänisch)
Lettera del celebre A. di Humboldt al sig. Coquerel su la popolazione, la religione e i linguaggi delle Americane regioni (Mailand, 1825, Italienisch)
America (London, 1825, Englisch)
American statistics (Cork, 1825, Englisch)
Amerika (Darmstadt, 1825, Deutsch)
America (London, 1825, Englisch)
Beiträge zur Statistik von Amerika (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Ueber die Bevölkerung von Amerika mit besonderer Rücksicht auf Religion und Sprache (Stuttgart; Tübingen, 1825, Deutsch)
American statistics (Sydney, 1826, Englisch)
Population de l’Amérique (Paris, 1826, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1828, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1829, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1834, Französisch)
|335| «Une population mêlée de deux millions neuſcent trente-sept mille blancs, etc.» L’illustre et savant M. de Humboldt a donné ainsi le calculdes populations américaines espagnoles.

Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amsterdam.

«Vous désirez connaître, Monsieur, le rapport entre lenombre des habitants de l’Amérique qui appartiennent auxdifférentes communautés chrétiennes. Je crois posséder desmatériaux assez précis sur les rapports des catholiques ro-mains et des protestants; mais je n’entrerai pas aujourd’huidans le détail des divisions de l’Église protestante ou évangé-lique. Voici les résultats auxquels je crois pouvoir m’arrêterprovisoirement, d’après les recherches laborieuses que j’aifaites, dans ces dernières années, sur la population du nou-veau continent. Quelques évaluations partielles, par exemple,le nombre des catholiques dans la Louisiane, dans le Mary-land et dans le Bas-Canada anglois, sont peut-être un peuincertaines; mais ces incertitudes affectent des quantités quiont une foible influence sur le résultat définitif. Je pense quele nombre des protestants, dans toute l’Amérique continentaleet insulaire, depuis l’extrémité méridionale du Chili jusqu’auGroënland, est à celui des catholiques romains comme 1 està 2. Il existe, sur la côte occidentale de l’Amérique du Nord,quelques milliers d’individus qui suivent le culte grec. J’ignorele nombre des Juifs répandus sur la surface des États-Unis etdans plusieurs des îles Antilles. Leur nombre est peu considé-rable. Les Indiens indépendants qui n’appartiennent à au-cune communauté chrétienne sont à la population chrétiennecomme 1 est à 42. Les éléments numériques sur lesquels se |336| fonde le tableau suivant se trouvent exposés en détail dans levol. III de mon Voyage aux Régions équinoxiales, liv. IX,chapitre xxvi, qui va paroître incessamment.
  • Population totale de l’Amérique, 34,284,000
  • I. Catholiques romains............... 22,177,000
    • a. Amérique espagnole continentale... 15,985,000
    • Blancs.......... 2,937,000
    • Indiens........... 7,530,000
    • Races mixtes et nègres... 5,518,000
    • 15,985,000
    • b. Amérique portugaise ........ 4,000,000
    • Blancs.......... 920,000
    • Nègres.......... 1,960,000
    • Races mixtes et Indiens... 1,120,000
    • 4,000,000
    • c. États-Unis, Bas-Canada et Guyanefrançoise............. 538,000
    • Haïti, Porto-Rico, et Antilles fran-çoises................. 1,639,000
    • 2,177,000
  • II. Protestants................... 11,287,000
    • a. États-Unis............. 9,990,000
    • b. Canada anglois, Nouvelle-Écosse, La-brador............... 260,000
    • c. Guyane angloise et hollandoise.... 220,000
    • d. Antilles angloises.......... 734,500
    • e. Antilles hollandoises, danoises, etc... 82,500
    • 11,287,000
  • III. Indiens indépendants, non chrétiens....... 820,000
  • 34,284,000
»Dans l’état actuel des choses1, la population protestanteaugmente beaucoup plus rapidement dans le Nouveau-Monde
1 En admettant 34,284,000 pour la population entière de l’Amé-
|337| que la population catholique. Il est probable que, malgrél’état de prospérité à laquelle l’indépendance et des institu-tions libres vont élever l’Amérique espagnole, le Brésil et l’îled’Haïti, le rapport de 1 à 2 se trouvera, en moins d’un demi-siècle, considérablement modifié en faveur des communautésprotestantes. Je crois qu’en Europe on peut compter (sur unepopulation de 198 millions) à peu près 103 millions de catho-liques romains, 52 millions de protestants, 38 millions quisuivent le rite grec, et 5 millions de mahométans. Le rapportnumérique des protestants aux membres des Églises catho-liques romaine et grecque, est, par conséquent, approxima-tivement comme 1 est a 2 \( \frac{7}{10} \). Le rapport des protestants auxcatholiques romains seuls est le même en Europe qu’en Amé-rique. Comme les différences de race et d’origine, l’indivi-dualité du langage et l’état de liberté domestique influentpuissamment sur les dispositions des hommes pour tel ou telculte, je vous communique en même temps, Monsieur, quel-ques résultats de mes recherches les plus récentes sur cesdivers objets.
  • »La population de l’Amérique offre actuellement:
  • Blancs..... 13,162,000 — 38 pour 100.
  • Indiens..... 8,610,000 — 25 — —
  • Nègres..... 6,223,000 — 18 — —
  • Races mixtes.. 6,289,000 — 19 — —
  • 34,284,000
»La population noire de 6,223,000 (sans mélange avecles blancs et les Indiens), se compose de 1,144,000 noirslibres, et 5,079,000 noirs esclaves; de ces derniers, il y en a1,152,000 dans l’archipel des Antilles; 1,620,000 dans les
rique, on trouve, d’après mes calculs, au nord de l’isthme de Pa-nama, 19,650,000; dans l’Amérique insulaire, 2,473,000, au sudde l’isthme de Panama, 12,161,000. L’Amérique espagnole seulea 16,785,000 habitants sur 371,380 lieues carrées de 20 au degré.Toute l’Amérique a 1,186,930 de ces lieues: l’Europe en renferme304,700. (Note de M. de Humboldt.)
|338| États-Unis, et 1,800,000 au Brésil. Le tableau suivant faitconnoître approximativement la prépondérance des languesréparties en Amérique.
  • Langues angloise, parlé par.. 11,297,500 individus.
  • — espagnole...... 10,174,000 —
  • — indiennes...... 7,800,000 —
  • — portugaise...... 3,740,000 —
  • — françoise....... 1,058,000 —
  • — hollandoise, danoise,suédoise et russe.. 214,500
  • 34,284,000
»D’où résulte pour les
    • Langues de l’Eu-rope latine 14,930,000
    • Langues du rameaugermanique 11,512,000
    Total pour les langueseuropéennes 26,442,000
  • Pour les langues indiennes 7,842,000
»On n’a pas fait mention séparément de l’allemand, dugâle (irlandois) ou du basque, parce que les individus quiconservent la connoissance de ces trois langues mères saventen même temps l’anglois ou le castillan. Le nombre d’indi-vidus qui parlent usuellement les langues indiennes est dansce moment, au nombre d’individus qui se servent des languesd’Europe, comme 1 est à 3 ⅖. Par l’accroissement plus rapidede la population aux États-Unis, les langues du rameau ger-manique vont gagner insensiblement, dans le rapport nu-mérique total, sur les langues de l’Europe latine; mais cesdernières se répandront en même temps, par l’effet de la civi-lisation croissante des peuples des races espagnole et portu-gaise, dans les villages indiens, dont à peine un vingtième dela population entend quelques mots de castillan ou de portu-gais. Je crois qu’il existe encore plus de sept millions et demid’indigènes, en Amérique, qui ont conservé l’usage de leurspropres langues, et qui ignorent presque entièrement lesidiomes européens. Telle est aussi l’opinion de M. l’arche- |339| vêque de Mexico et de plusieurs ecclésiastiques très-respec-tables, qui ont long-temps habité le Haut-Pérou, et que j’aipu consulter à ce sujet. Le petit nombre d’Indiens (un millionpeut-être) qui ont entièrement oublié les langues indigènes,habitent les grandes villes et les villages très-populeux quientourent ces villes. Parmi les individus qui parlent françoisdans le nouveau continent, on trouve plus de 700,000 nègresde race africaine, circonstance qui, malgré les efforts très-louables du gouvernement haïtien pour l’instruction popu-laire, ne contribue pas à maintenir la pureté du langage. Onpeut admettre qu’en général, dans l’Amérique continentale etinsulaire, il y a, sur 6,223,000 noirs, plus d’un tiers (aumoins 2,360,000) qui parlent anglois, plus d’un quart quiparlent portugais, et un huitième qui parlent françois. »Ces tableaux de la population américaine, considéréesous les rapports de la différence des cultes, des langues etdes idiomes, se composent d’éléments très-variables; ils re-présentent approximativement l’état de la société américainevers la fin de l’année qui vient de s’écouler. Il ne s’agit ici quedes grandes masses; les évaluations partielles pourront gagnerpeu à peu une précision plus rigoureuse; il en est ainsi de tousles éléments numériques des sciences.»

Alexandre de Humboldt.