Digitale Ausgabe

Download
TEI-XML (Ansicht)
Text (Ansicht)
Text normalisiert (Ansicht)
Ansicht
Textgröße
Zeichen original/normiert
Zitierempfehlung

Alexander von Humboldt: „Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam“, in: ders., Sämtliche Schriften digital, herausgegeben von Oliver Lubrich und Thomas Nehrlich, Universität Bern 2021. URL: <https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-29-neu> [abgerufen am 16.06.2024].

URL und Versionierung
Permalink:
https://humboldt.unibe.ch/text/1825-Evaluation_numerique_de-29-neu
Die Versionsgeschichte zu diesem Text finden Sie auf github.
Titel Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam
Jahr 1834
Ort Paris
Nachweis
in: Voyages en Amérique, en France et en Italie, par M. le vicomte de Chateaubriand, membre de l’Académie Françoise, 2 Bände, Paris: Ledentu 1834, Band 2, S. 390–396.
Sprache Französisch
Typografischer Befund Antiqua; Auszeichnung: Kursivierung, Kapitälchen; Fußnoten mit Ziffern; Tabellensatz.
Identifikation
Textnummer Druckausgabe: IV.51
Dateiname: 1825-Evaluation_numerique_de-29-neu
Statistiken
Seitenanzahl: 7
Zeichenanzahl: 7867

Weitere Fassungen
Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel) (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Paris, 1825, Französisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
Population of America (London, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Population of America (Reading, 1825, Englisch)
Population of America (Belfast, 1825, Englisch)
Population of America (Cork, 1825, Englisch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Prag, 1825, Deutsch)
[Brief an einen Freund in Amsterdam über die Volksmenge Amerikas] (Oslo, 1825, Norwegisch)
American Population (Northampton, 1825, Englisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Augsburg, 1825, Deutsch)
Oversigt af Americas Befolkning (Aalborg, 1825, Dänisch)
[Évaluation numérique de la population du Nouveau Continent, considérée sous les rapports de la différence des cultes, des races et des idiomes. (Extrait d’une lettre adressée à M. Charles Coquerel)] (Thisted, 1825, Dänisch)
Lettera del celebre A. di Humboldt al sig. Coquerel su la popolazione, la religione e i linguaggi delle Americane regioni (Mailand, 1825, Italienisch)
America (London, 1825, Englisch)
American statistics (Cork, 1825, Englisch)
Amerika (Darmstadt, 1825, Deutsch)
America (London, 1825, Englisch)
Beiträge zur Statistik von Amerika (Frankfurt am Main, 1825, Deutsch)
Ueber die Bevölkerung von Amerika mit besonderer Rücksicht auf Religion und Sprache (Stuttgart; Tübingen, 1825, Deutsch)
American statistics (Sydney, 1826, Englisch)
Population de l’Amérique (Paris, 1826, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1828, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1827, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Brüssel, 1829, Französisch)
Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Coquerel, pasteur à Amersterdam (Paris, 1834, Französisch)
|390| «Une population mêlée de deux millionsneuf cent trente-sept mille blancs, etc.» L’illustre et savant M. de Humboldt a donné ainsile calcul des populations américaines espagnoles.

Lettre de M. Alex. de Humboldt à M. Ch. Co-querel, pasteur à Amsterdam.

«Vous désirez connoître, monsieur, le rapportentre le nombre des habitants de l’Amérique quiappartiennent aux différentes communautés chré-tiennes. Je crois posséder des matériaux assez pré-cis sur les rapports des catholiques romains et desprotestants; mais je n’entrerai pas aujourd’hui dansle détail des divisions de l’Église protestante ou évan-gélique. Voici les résultats auxquels je crois pouvoirm’arrêter provisoirement, d’après les recherches la-borieuses que j’ai faites, dans ces dernières années,sur la population du nouveau continent. Quelquesévaluations partielles, par exemple, le nombre descatholiques dans la Louisiane, dans le Maryland etdans le Bas-Canada anglois, sont peut-être un peuincertaines; mais ces incertitudes affectent des quan-tités qui ont une foible influence sur le résultat dé-finitif. Je pense que le nombre des protestants, danstoute l’Amérique continentale et insulaire, depuisl’extrémité méridionale du Chili jusqu’au Groën-land, est à celui des catholiques romains comme |391| 1 est à 2. Il existe, sur la côte occidentale de l’A-mérique du Nord, quelques milliers d’individus quisuivent le culte grec. J’ignore le nombre des Juifsrépandus sur la surface des États-Unis et dans plu-sieurs des îles Antilles. Leur nombre est peu consi-dérable. Les Indiens indépendants qui n’appartien-nent à aucune communauté chrétienne sont à la po-pulation chrétienne comme 1 est à 42. Les élémentsnumériques, sur lesquels se fonde le tableau suivant,se trouvent exposés en détail dans le volume III demon Voyage aux Régions équinoxiales, livre IX,chapitre xxvi, qui va paroître incessamment. |392|
  • Population totale de l’Amérique, 34,284,000
  • I. Catholiques romains. ............ 22,177,000
    • a. Amérique espagnole continentale. 15,985,000
    • Blancs......... 2,937,000
    • Indiens........ 7,530,000
    • Races mixtes et nègres. 5,518,000
    • 15,985,000
    • b. Amérique portugaise....... 4,000,000
    • Blancs......... 920,000
    • Nègres......... 1,960,000
    • Races mixtes et In-diens........ 1,120,000
    • 4,000,000
    • c. États-Unis, Bas-Canada etGuyane françoise....... 538,000
    • Haïti, Porto-Rico, et Antillesfrançoises............ 1,654,000
    • 22,177,000
  • II. Protestants................... 11,287,000
    • a. États-Unis............. 9,990,000
    • b. Canada anglois, Nouvelle-Écosse,Labrador ............. 260,000
    • c. Guyane angloise et hollandoise.. 220,000
    • d. Antilles angloises......... 734,500
    • e. Antilles bollandoises, danoises, etc. 82,500
    • 11,287,000
  • III. Indiens indépendants, non chrétiens...... 820,000
  • 34,284,000
«Dans l’état actuel des choses1, la populationprotestante augmente beaucoup plus rapidement
1 En admettant 34,284,000 pour la population entière de
|393| dans le Nouveau-Monde que la population catho-lique. Il est probable que, malgré l’état de prospé-rité à laquelle l’indépendance et des institutions li-bres vont élever l’Amérique espagnole, le Brésil etl’île d’Haïti, le rapport de 1 à 2 se trouvera, enmoins d’un demi-siècle, considérablement modifiéen faveur des communautés protestantes. Je croisqu’en Europe on peut compter (sur une populationde 198 millions) à peu près 103 millions de catho-liques romains, 52 millions de protestants, 38 mil-lions qui suivent le rite grec, et 5 millions de maho-métans. Le rapport numérique des protestants auxmembres des Églises catholiques romaine et grecque,est, par conséquent, approximativement comme 1 està 2 \( \frac{7}{10} \). Le rapport des protestants aux catholiquesromains seuls est le même en Europe qu’en Améri-que. Comme les différences de race et d’origine,l’individualité du langage et l’état de liberté domes-tique influent puissamment sur les dispositions deshommes pour tel ou tel culte, je vous communiqueen même temps, monsieur, quelques résultats de mesrecherches les plus récentes sur ces divers objets.

l’Amérique, on trouve d’après mes calculs, au nord de l’isthmede Panama, 19,650,000; dans l’Amérique insulaire, 2,473,000;au sud de l’isthme de Panama, 12,161,000. L’Amérique espa-gnole seule a 16,785,000 habitants sur 371,380 lieues carrécs de20 au degré. Toute l’Amérique a 1,186,930 de ces lieues: l’Eu-rope en renferme 304,700. (Note de M. de Humboldt.)
|394| «La population de l’Amérique offre actuellement:
  • Blancs........ 13,162,000 — 38 pour 100.
  • Indiens....... 8,610,000 — 25 — —
  • Nègres....... 6,223,000 — 18 — —
  • Races mixtes.... 6,289,000 — 19 — —
  • 34,284,000
«La population noire de 6,223,000 (sans mé-lange avec les blancs et les Indiens), se composede 1,144,000 noirs libres, et 5,079,000 noirs es-claves; de ces derniers, il y en a 1,152,000 dansl’archipel des Antilles, 1,620,000 dans les États-Unis, et 1,800,000 au Brésil. Le tableau suivantfait connoître approximativement la prépondérancedes langues réparties en Amérique.
  • Langues angloise, parlée par .. 11,297,500 individus.
  • — espagnole ........ 10,174,000 —
  • — indiennes........ 7,800,000 —
  • — portugaise....... 3,740,000 —
  • — françoise........ 1,058,000 —
  • — hollandoise, danoise,suédoise et russe... 214,500
  • 34,284,000
«D’où résulte pour les
    • Langues de l’Eu-rope latine 14,930,000
    • Langues du rameaugermanique 11,512,000
    Total pour les langueseuropéennes 26,442,000
  • Pour les langues indiennes 7,842,000
|395| «On n’a pas fait mention séparément de l’allemand,du gâle (irlandois) ou du basque, parce que les in-dividus qui conservent la connoissance de ces troislangues mères savent en même temps l’anglois ou lecastillan. Le nombre d’individus qui parlent usuel-lement les langues indiennes est dans ce moment,au nombre d’individus qui se servent des languesd’Europe, comme 1 est à 3 ⅖. Par l’accroissement plusrapide de la population aux États-Unis, les languesdu rameau germanique vont gagner insensiblement,dans le rapport numérique total, sur les languesde l’Europe latine; mais ces dernières se répandronten même temps, par l’effet de la civilisation crois-sante des peuples des races espagnole et portugaise,dans les villages indiens, dont à peine un vingtièmede la population entend quelques mots de castillanou de portugais. Je crois qu’il existe encore plusde sept millions et demi d’indigènes, en Amérique,qui ont conservé l’usage de leurs propres langues,et qui ignorent presque entièrement les idiomes eu-ropéens. Telle est aussi l’opinion de M. l’arche-vêque de Mexico et de plusieurs ecclésiastiquestrès-respectables, qui ont long-temps habité leHaut-Pérou, et que j’ai pu consulter à ce sujet. Lepetit nombre d’Indiens (un million peut-être) quiont entièrement oublié les langues indigènes, ha-bitent les grandes villes et les villages très-popu-leux qui entourent ces villes. Parmi les individusqui parlent françois dans le nouveau continent, ontrouve plus de 700,000 nègres de race africaine,circonstance qui, malgré les efforts très-louables dugouvernement haïtien pour l’instruction populaire, |396| ne contribue pas à maintenir la pureté du langage.On peut admettre qu’en général, dans l’Amériquecontinentale et insulaire, il y a, sur 6,223,000 noirs,plus d’un tiers (au moins 2,360,000) qui parlentanglois, plus d’un quart qui parlent portugais, etun huitième qui parlent françois. «Ces tableaux de la population américaine con-sidérée sous les rapports de la différence des cultes,des langues et des idiomes, se composent d’élé-ments très-variables; ils représentent approximati-vement l’état de la société américaine vers la finde l’année qui vient de s’écouler. Il ne s’agit ici quedes grandes masses; les évaluations partielles pour-ront gagner peu à peu une précision plus rigou-reuse; il en est ainsi de tous les éléments numéri-ques des sciences.»

Alexandre de Humboldt.