Digitale Ausgabe

Download
TEI-XML (Ansicht)
Text (Ansicht)
Text normalisiert (Ansicht)
Ansicht
Textgröße
Originalzeilenfall ein/aus
Zeichen original/normiert
Zitierempfehlung

Alexander von Humboldt: „Lettre de M. le baron Alexandre de Humboldt à M. Benzenberg. (Trad. de l’Allemand)“, in: ders., Sämtliche Schriften digital, herausgegeben von Oliver Lubrich und Thomas Nehrlich, Universität Bern 2021. URL: <https://humboldt.unibe.ch/text/1837-Lettre_de_M-1-neu> [abgerufen am 17.04.2024].

URL und Versionierung
Permalink:
https://humboldt.unibe.ch/text/1837-Lettre_de_M-1-neu
Die Versionsgeschichte zu diesem Text finden Sie auf github.
Titel Lettre de M. le baron Alexandre de Humboldt à M. Benzenberg. (Trad. de l’Allemand)
Jahr 1837
Ort Brüssel
Nachweis
in: Correspondance mathématique et physique 9 (1837), S. 387–388.
Sprache Französisch
Typografischer Befund Antiqua; Auszeichnung: Kursivierung.
Identifikation
Textnummer Druckausgabe: V.60
Dateiname: 1837-Lettre_de_M-1-neu
Statistiken
Seitenanzahl: 2
Zeichenanzahl: 2363

Weitere Fassungen
Lettre de M. le baron Alexandre de Humboldt à M. Benzenberg. (Trad. de l’Allemand) (Brüssel, 1837, Französisch)
Brief des Herrn Alexander von Humboldt. Berlin den 19. Mai 1837 / Brief des Herrn Alexander vom Humbold. Potsdam den 22. October 1837 (Hamburg, 1839, Deutsch)
|387|

Lettre de M. le baron Alexandre De Humboldt à M. Benzenberg. (Trad. de l’Allemand.)

Les observations que vous avez faites sur les étoiles filantes,matière dans laquelle vous avez fait faire à la science les progrèsles plus louables, ont été pour moi d’un haut intérêt. C’est précisément la vitesse prodigieuse de leur mouvementqui m’a toujours déterminé à considérer les aérolithes commedes corps se mouvant circulairement dans des zones rappro-chées. C’est ainsi que presque toutes les petites planètes setrouvent aussi à peu près dans une même orbite. La grandeur différentielle de Cerès à Saturne, est peut-êtreégale à celle du plus grand aérolithe non encore décomposé enfragmens. Les aérolithes qui se meuvent autour du soleil, peuvent êtredistribués dans des zones déterminées dans lesquelles ils se sui-vent, espacés entre eux, comme les billes d’un billard: de ma-nière que les nœuds des orbites n’amènent point nécessairementtoutes les années, à l’époque du 13 novembre par exemple, deschutes d’étoiles filantes. Quelques-unes de ces orbites peuvent traverser l’orbite de notreglobe à d’autres époques: M. Quetelet dit au mois d’août. Où se trouvait dans l’origine la matière dont les aérolithes sontformés? Cette question est absolument la même que celle: où gisaitautrefois la matière qui a formé Mars, Uranus ou les planètes? |388| Sans doute la lune et les autres satellites peuvent donner dela matière par jets, mais la question agitée est beaucoup plus gé-nérale et n’est pas plus soluble que ne le sont toutes celles quise rapportent à l’origine des choses. Les aérolithes peuvent toutaussi bien que les autres planètes s’être conglobés séparément etcomme noyaux, après de nombreuses modifications dans desatmosphères mues circulairement, comme celle qui occasionnela lumière zodiacale, par exemple. Pourquoi cette matière qui, dans l’espace, se conglobe diverse-ment en planètes, comètes et aérolithes, aurait-elle été autrefoisprécisément dans la lune? Votre mémoire nous donnera, je l’espère, quelques éclaircis-semens à ce sujet. Pardonnez à ce qu’il y a d’aphoristique dans ma lettre, lesdistractions qui se rattachent à ma position en partie très-peulittéraire, rendent ma correspondance très-difficile. M. Quetelet m’a écrit au sujet des étoiles filantes les mêmeschoses qu’à vous. Je suis, etc.